les communautés de communes écologiques

Pourquoi les communautés de communes doivent-elles prendre des initiatives écologiques ?

 

Nous sommes tous concernés par le réchauffement climatique, d’autant plus que cela affectera les générations futures. L’accord de Paris sur le Climat (Cop 21), approuvé par 195 délégations en décembre 2015 et entré en vigueur le 4 novembre 2016 nous rappelle l’urgence de préserver notre planète.

Cet accord international vise bon nombre d’industries à l’échelle planétaire. Pourtant nous sommes largement concernés en tant que consommateurs et citoyens.

La société de consommation s’étant développée à vive allure ces 30 dernières années, le volume de déchets par habitant en France a été multiplié par 5. Le tri des déchets ménagers est devenu une priorité au sein des communes.

La CCRB (communauté de communes de la région de Bar-sur-Aube) sur le site des courriers de maires a demandé aux collectivités d’agir en ce sens avec le tri sélectif des déchets. Elle nous rappelle que l’état considère le traitement des déchets comme un enjeu environnemental.

En chiffres :

  • Investissement et fonctionnement de la communauté de communes : 9,5 millions d’euros
  • Budget pour le tri des déchets : 2 906 millions d’euros.

 

Un acte éco-citoyen

 

La conscience éco-citoyenne est de la responsabilité des collectivités.

Même si le budget de l’état a été revu à la baisse, des communes ont su investir dans le traitement des déchets pour préserver l’environnement. La mise à disposition de composteurs individuels et d’une déchetterie permet aux citoyens de s’impliquer.

Les «  Territoires à énergie positive pour la croissance verte » sont des communes ayant mis en place des mesures efficaces pour une transition énergétique et écologique.

Qu’est-ce que le recyclage et le tri des déchets ménagers ?

 

En 2012, selon Eurostat, chaque Français produisait 458 kg de déchets ménagers

Le service public de gestion des déchets (SPGD) collecte en majorité les ordures ménagères résiduelles (déchèterie et collecte séparée représentent un volume moins important).

Le Plan national de prévention des déchets 2014-2020 vise à réduire la production des déchets de 7 % (déchets ménagers et assimilés, les DMA) par habitant entre 2010 et 2020.

Déchèterie et traitement des matières premières

 

50% des déchets ménagers sont considérés comme des matières premières. Il est impossible de les récupérer pour un recyclage une fois jetées parmi les déchets.

Avec le tri sélectif, de nombreuses matières comme le plastique, le verre, le bois, les huiles, la peinture, … sont recyclées. Une liste des déchets et matières recyclables est disponible auprès de la mairie ou la déchèterie directement.

En milieu rural, la récupération ne se fait pas toujours chez l’habitant, et dans ce cas, un apport volontaire au centre de tri est demandé.

Les emballages recyclables sont ensuite vendus aux filières de valorisation. Les repreneurs reçoivent des aides financières et le coût du traitement baisse.

Dans ce sens, il est important d’encourager les habitants des communes à faire le tri sélectif pour le bien de la planète mais aussi pour réduire les dépenses liées au transport et au traitement des déchets comme le fait la CCRB.