Pour les applications sanitaires de manipulation des aliments, l’acier inoxydable est un matériau de choix. Non seulement l’acier inoxydable de qualité alimentaire peut résister à des températures élevées qui feraient fondre le plastique, mais la couche d’oxyde protectrice du matériau permet d’éviter la formation de rouille qui pourrait contaminer les aliments.

Mais, comme pour tout autre matériau, il y a certaines choses que vous devez savoir sur l’acier inoxydable de qualité alimentaire avant de l’intégrer dans votre processus de production.

1 – La finition de l’acier peut affecter son adéquation à la transformation des aliments

L’acier inoxydable est réputé pour sa résistance à la corrosion, mais ce n’est pas parce que la surface de l’acier est brillante et lisse qu’il est de qualité alimentaire.

Pour répondre aux principales normes sanitaires, la finition de l’acier DOIT éliminer toute surface susceptible de favoriser la prolifération bactérienne tout en étant facile à nettoyer/assainir.

Dans ce cas, des procédés tels que l’électropolissage sont préférés au meulage manuel des surfaces. La raison en est que l’électropolissage élimine la couche superficielle de l’acier pour révéler un substrat lisse au niveau microscopique.

Cela permet non seulement d’améliorer la résistance de la couche d’oxyde de l’acier inoxydable, mais aussi d’éliminer les défauts microscopiques d’une surface qui pourrait abriter des bactéries.

Découvrez comment la passivation et l’électropolissage peuvent protéger vos formes métalliques personnalisées de qualité alimentaire !

2 – L’acier inoxydable ne doit JAMAIS être nettoyé avec une brosse en acier ordinaire

Les brosses métalliques sont un choix populaire pour nettoyer les taches profondes sur les surfaces métalliques. Cependant, ces brosses ne doivent JAMAIS être utilisées pour nettoyer un objet en acier inoxydable.

Les particules d’acier ordinaire contenues dans la brosse pourraient s’incruster dans la surface de l’acier inoxydable, compromettant ainsi l’intégrité de la couche d’oxyde protectrice. Avec le temps, cela permettra à l’acier « inoxydable » de rouiller comme de l’acier ordinaire.

En outre, vous devez éviter d’utiliser les mêmes outils pour nettoyer l’acier inoxydable et l’acier ordinaire. Les particules ramassées sur l’acier ordinaire pourraient se transférer sur l’acier inoxydable.

Pour les gourdes en inox comme La Petite Gourde par exemple, il est préférable d’utiliser un goupillon en nylon.

3 – Tous les alliages d’acier inoxydable de qualité alimentaire ne sont pas égaux.

Ce n’est pas parce qu’un alliage d’acier est commercialisé comme étant de « qualité alimentaire » qu’il s’agit du bon matériau pour votre processus de production.

Il existe un certain nombre d’alliages d’acier inoxydable différents sur le marché, chacun ayant ses propres forces et faiblesses lorsqu’il s’agit de résister à des produits chimiques et des environnements de production spécifiques.

Par exemple, le sel est connu pour être exceptionnellement corrosif pour les composés métalliques. Si l’acier inoxydable de qualité 304 résiste à la plupart des produits corrosifs, une exposition prolongée au sel peut néanmoins le ronger. L’acier inoxydable de qualité 304 ne conviendrait donc pas à un processus nécessitant une exposition répétée et prolongée au sel ou à l’eau salée.

L’acier inoxydable de qualité 316, en revanche, est beaucoup plus résistant à l’exposition au sel que l’acier inoxydable de qualité 304. L’acier inoxydable de qualité 316 est donc préférable pour les fabricants de produits alimentaires qui utilisent du sel ou de l’eau salée dans leurs produits.

4 – Les températures extrêmes peuvent affecter l’acier inoxydable de qualité alimentaire.

Les températures extrêmement basses PEUVENT endommager les formes en acier inoxydable. La plupart des aciers inoxydables ont un point de fusion bien en dehors des plages de températures généralement employées dans les processus de fabrication des aliments. La plupart des aciers inoxydables ont un point de fusion qui se situe bien en dehors des plages de températures généralement utilisées dans les procédés de fabrication de produits alimentaires. Cependant, il est important de faire attention aux températures extrêmes dans votre procédé de fabrication lorsque vous choisissez un acier inoxydable de qualité alimentaire (et tout revêtement potentiel pour celui-ci).

Par exemple, la plupart des formules d’acier inoxydable conviennent à des températures allant du point de congélation de l’eau à des températures de four supérieures à 500ºF. Cependant, selon Gasparini Industries, les conditions véritablement cryogéniques en dessous de -49ºF peuvent rendre de nombreux alliages d’acier inoxydable fragiles. Cette fragilité, combinée à l’expansion cristalline lors du réchauffement des métaux, peut entraîner une déformation ou une rupture de ces métaux s’ils sont exposés à des variations extrêmes et soudaines de température.

Parmi les aciers inoxydables, les aciers inoxydables martensitiques ont tendance à mieux supporter les températures extrêmement basses. En effet, la structure de l’acier inoxydable martensitique est moins susceptible de se fragiliser lorsqu’elle est exposée à de basses températures.

En outre, il est important de tenir compte du risque d’oxydation lorsqu’on utilise un alliage d’acier inoxydable de qualité alimentaire à des températures élevées. Pour de telles applications, l’acier inoxydable de qualité 304 est souvent utile en raison de sa capacité à résister à l’oxydation à des températures allant jusqu’à 1 697ºF. Cela dépasse largement la limite de pratiquement tout processus de fabrication alimentaire (en dehors de la stérilisation des paniers entre deux utilisations).

5 – Le soudage peut altérer les propriétés des alliages d’acier inoxydable

La contrainte thermique appliquée pendant certains processus de soudage (ainsi que l’utilisation de matériaux d’apport différents) peut décaper la couche d’oxyde protectrice qui confère aux alliages d’acier inoxydable de qualité alimentaire leur résistance à la corrosion. Ceci, à son tour, peut faire que les formes métalliques qui ont été soudées de manière incorrecte commencent à se corroder plus rapidement qu’elles ne le devraient.

C’est pourquoi les ingénieurs de Marlin utilisent une méthode de soudage par résistance appliquée via une machine à courant continu à moyenne fréquence (MFDC) de haute précision. Comme la machine peut effectuer des soudures précises sans excès de chaleur ou de matériau d’apport, le risque d’altérer la couche d’oxyde protectrice de l’acier à souder est minimisé.

Il est essentiel de connaître les forces et les faiblesses de l’acier inoxydable alimentaire avant de le mettre en œuvre dans votre processus de production alimentaire pour garantir la sécurité, l’hygiène et l’efficacité. Apprenez-en davantage sur l’acier inoxydable auprès des experts CCBV dès aujourd’hui !